Imprimer cet article

Macfrut 2019 : il faut développer l’agriculture africaine

à la une, Evénement, Filière, International — Par le 13 mai 2019 13 h 54 min

©Photo Xdr

Lors de la réunion sur les partenariats entre l’Italie et l’Afrique, l’accent a été mis sur les expériences et les réalisations de la République démocratique du Congo, de l’Éthiopie, de la Somalie, du Mozambique et de l’Angola. « Italie-Afrique : un partenariat renouvelé pour le développement horticole et agro-industriel » a été le thème de la réunion qui s’est tenue au salon Macfrut, en Italie, début mai dernier, et qui a opposé des ministres et des représentants du monde agricole africain, ainsi que des institutions italiennes s’occupant de la coopération et du développement du continent.

La vice-ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Emanuela Del Re, a ouvert la réunion en rappelant les efforts déployés par l’Italie pour mettre en œuvre les compétences locales par le biais de la formation (le seul véritable outil permettant de lutter contre le fléau du chômage), la technologie, l’introduction de critères de sécurité alimentaire et le transfert de modèles d’interconnexion des filières agricoles. Les avantages possibles offerts par le partenariat Italie-Afrique répondent à la nécessité de faire face à la croissance démographique du Continent, qui permettra à la population d’atteindre 4,7 milliards d’habitants d’ici la fin du siècle. Seulement 30 % des immenses étendues de terres arables sont utilisées : il faut renforcer les infrastructures, mettre en œuvre de nouvelles technologies et développer de nouvelles compétences, obligeant l’Afrique d’abord à satisfaire ses besoins alimentaires et ensuite à devenir un fournisseur de d’autres marchés. L’Italie, en tant que leader du secteur agro-industriel, est le partenaire idéal dans cette voie.

Conscient de cela, Thsibangu Kalala, ministre de l’Agriculture de la République Démocratique du Congo, a ouvert la première séance de travaux « Agriculture en Afrique: nécessité et opportunités, voix du Continent » : « L’agriculture au Congo est devenue la priorité. Nous avons réalisé qu’en investissant dans le secteur minier les résultats n’étaient pas conformes aux attentes et la pauvreté est toujours très présente. Nous devons développer l’agriculture. L’idée est de soutenir le système de crédit en faveur des petits et moyens entrepreneurs en investissant dans le secteur les ressources de l’exploitation minière, en créant un fonds national et en introduisant des outils sur le modèle de la Pac européenne. »

 

Sani Redi Ahmed, vice-ministre de l’Agriculture de l’Éthiopie, a continué : « En Éthiopie, l’agriculture joue un rôle primordial et contribue pour 35 % au PIB national. Mais le potentiel de développement est encore énorme. Notre objectif est d’accroître la productivité, qualitativement, en nous concentrant sur les nouvelles technologies. Un objectif réalisable en recherchant des partenariats avec des pays avant-gardistes tels que l’Italie, en se concentrant sur le contexte de manière inclusive et concentrée, afin d’améliorer la productivité, le commerce et la sécurité alimentaire, tout en réduisant le chômage des jeunes et des femmes et, ce faisant, la pauvreté. » Il faut intégrer des lignes directrices précises et directes, visant à identifier un plan de croissance ambitieux, qui inclut également la création de parcs agro-industriels. « Avec ses 74 millions d’hectares de terres arables, l’Ethiopie dispose d’un potentiel de croissance énorme. Nous devons être en mesure de mener une politique efficace : le but est de faire de l’Éthiopie une pierre angulaire de l’industrialisation d’ici 2025 », a appuyé Teka Gebreyesus Entehabu, vice-ministre de l’Industrie et du Commerce du pays.

Pour la Somalie, l’agriculture représente 70 % du PIB national et 90 % des exportations. Aujourd’hui, les producteurs locaux sont de plus en plus enclins à investir dans les nouvelles technologies. « Nous sommes conscients des défis liés au changement climatique auxquels nous devrons faire face dans un proche avenir et nous agissons déjà en vue de cela », a souligné Ismail Dirie Gamadid, ministre de l’Agriculture de la Somalie. Pour le Mozambique, représenté à la réunion par le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, Victor Domingos Canhemba Jr, les opportunités sont nombreuses : actuellement, seulement 15 % des 36 millions de terres arables sont utilisées, la biodiversité est potentiellement très élevée en raison de la conformation du pays lui-même, la position est stratégique en termes de routes commerciales et confirmée par la présence du port de Nacala, le troisième de l’Afrique de l’Est en hauteur d’eau. « Une série de particularités qui font du Mozambique un pays très intéressant pour d’éventuels partenariats. »

Enfin, António Sozinho, directeur général du ministère de l’Agriculture de l’Angola, un pays qui tente d’investir dans l’agriculture après que la crise pétrolière a mis à rude épreuve son économie, a déclaré : « Notre politique est aujourd’hui animée par la volonté de diversification afin de ne pas dépendre d’un seul secteur. Déjà en 2013, le ministère des Finances avait annoncé des primes d’investissement dans l’agriculture, ensuite des problèmes liés à l’économie mondiale du pétrole brut et des problèmes de politique intérieure ont ralenti leur mise en œuvre. Aujourd’hui, nous sommes prêts à recommencer à essayer d’attirer de nouveaux investisseurs capables de tirer le meilleur parti de notre potentiel. Le pays reprend lentement les exportations des principaux produits tels que la mangue, la banane et l’ananas, mais il reste encore beaucoup à faire. Il suffit de penser que seulement 5 des 35 millions d’hectares de terres arables sont cultivés. Pour nous, les  priorités sont les investissements dans des productions locales et durables ainsi que dans les technologies et les nouveaux systèmes d’irrigation. »

Tags: , , , , , , , , , , , ,

0 Commentaire

Vous pouvez être le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire


Commandez nos guides merchandising pour seulement 15 €/u (frais de port inclus)