Imprimer cet article

Un verger arraché dans l’Hérault

à la une, Production — Par le 25 octobre 2018 9 h 30 min

Le Premier ministre a annoncé en septembre la suppression pure et simple du TO-DE, le dispositif d’allégement des charges des employeurs de saisonniers. 

Selon l’ANPP, les vergers ont immédiatement été impactés. La disparition du TO-DE condamne à la faillite les producteurs français de pommes et de poires. Ne pouvant pas faire face à cette hausse subite de charges, les arboriculteurs et la FDSEA de l’Hérault ont arraché un premier verger à Ludaison, près de Montpellier.

Alors que le coût du travail saisonnier est déjà 27 % plus cher qu’en Allemagne et 37 % plus cher qu’en Italie (voir l’article de Cécile Praly sur ce site : “Voulons-nous encore des saisonniers dans les champs ?” ), on rajoute une charge supplémentaire. Plus le mode de conduite utilise des moyens agroécologiques (Vergers écoresponsables, bio…), plus il nécessite de temps de travail par l’augmentation des interventions manuelles et mécaniques. Augmenter le coût du travail est contraire aux engagements des États généraux de l’alimentation qui visent à favoriser une alimentation de qualité, locale et respectueuse de l’environnement. De plus, 500 000 à 600 000 tonnes de pommes françaises, reconnues pour leurs qualités, sont exportées vers 100 destinations dans le monde chaque année. Il sera impossible de répercuter la hausse du coût de la main d’œuvre sur ces fruits soumis aux prix du marché mondial. Les exportations seront alors stoppées.

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

0 Commentaire

Vous pouvez être le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire


Commandez nos guides merchandising pour seulement 15 €/u (frais de port inclus)