Imprimer cet article

Bon pour la santé, pour la planète et pas plus cher !

à la une, Consommation — Par le 14 novembre 2017 7 h 00 min


Pour le même prix, manger mieux, des produits plus sains et de meilleure qualité, tout en réduisant notre impact sur la planète, c’est possible !

« Consommer des produits de meilleure qualité, avec un impact moindre sur l’environnement, est à la portée de tous. C’est la conclusion de l’étude que nous présentons aujourd’hui et qui propose un panier “flexitarien”. Au quotidien, cela passe par des gestes simples : par exemple manger de la viande 4 fois par semaine au lieu de 6, des produits transformés seulement 2 fois par semaine et, à l’inverse, consommer plus de légumes et de céréales. Il est possible de changer nos habitudes alimentaires sans attendre. C’est bon pour la santé et pour la planète et ça ne coûte pas plus cher ! », explique Pascal Canfin, directeur général du WWF France. Sans dépenser plus pour nos courses, il est possible de manger des produits plus sains et de meilleure qualité, issus notamment de l’agriculture biologique, tout en limitant notre impact sur la planète. Voici ce que révèle une étude co-réalisée par le WWF France et ECO2 Initiative. Pour le démontrer, l’étude a comparé le panier standard des Français avec un panier dit flexitarien (ce qui consiste à réduire fortement sa consommation de protéines animales au profit des protéines végétales), adapté à l’alimentation hebdomadaire d’une famille de 4 personnes (2 adultes et 2 enfants). Ce panier prend en compte trois critères de durabilité : un coût équivalent au panier alimentaire moyen des Français (environ 190 € par semaine) ; un  impact carbone moindre, correspondant à la quantité de gaz à effet de serre, en équivalent CO2, émise pendant tout le cycle de vie d’un aliment (production, transformation et transport) ; une qualité nutritionnelle adéquate, calculée selon l’approche du Nutri-Score, la signalétique nutritionnelle promue par le ministère de la Santé, avec cinq notes allant de A à E, selon la valeur nutritionnelle du produit. Par rapport au panier standard des Français, ce panier flexitarien prévoit : une diminution de la viande (- 31 %), une diminution des poissons sauvages (- 40 %), une diminution des produits transformés industriels, gras, salés et sucrés (- 69 %), une diminution des produits à base de farines raffinées (pâtes, pain, etc.) au profit de farines complètes (- 46 %), une augmentation de la part de légumes, céréales et légumineuses (95 %).
wwf_panier
Concrètement, cela signifie, pour une personne, de passer de 6 repas par semaine avec de la viande ou du poisson sauvage à 4 repas par semaine, et d’un repas par jour avec des produits transformés à seulement 2 repas par semaine. Une réduction de ces aliments, largement présents aujourd’hui dans le panier aalimentaire moyen d’une famille française de 4 personnes, permettrait de réduire de 38 % l’impact carbone du panier (de 109 kg CO2 à 68 kg CO2 par semaine) et de 21 % son coût (de 187 € à 147 € par semaine). Grâce à cette réduction de coût, il est possible d’introduire dans le panier flexitarien près de 50 % de produits certifiés (Bio, Label Rouge et MSC) sans dépasser le coût du panier standard. Pour arriver à ce panier durable, il est nécessaire de revoir en partie nos habitudes alimentaires et d’inverser les tendances négatives des cinquante dernières années, comme la consommation excessive de protéines animales, l’augmentation de boissons sucrées et de produits transformés.

Tags: , , ,

0 Commentaire

Vous pouvez être le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire


Commandez nos guides merchandising pour seulement 15 €/u (frais de port inclus)