Imprimer cet article

Pays-Bas : des normes pour une production durable

à la une, Production — Par le 10 juillet 2017 9 h 32 min

Niko Moerman, chef de projet chez SMK. © Photo Xdr

Les détaillants s’engagent à vendre uniquement des légumes cultivés de manière durable : Biobest est prêt à aider les producteurs. Un véritable changement des règles du jeu.

La chaîne de magasins de vente au détail néerlandaise Jumbo a conclu un accord avec Greenpeace en 2016. Celui-ci stipule que, à partir de 2020, tous les légumes, pommes de terre et fruits hollandais, ainsi que la moitié des fleurs vendues par la chaîne, devront être certifiés selon les normes « Milieukeur ». Des fournisseurs comme la Greenery ou Albert Heijn ont commencé à se préparer au changement.
Le directeur général Bart Sosef a déclaré : « Nous recevons beaucoup de questions de nos clients sur la façon de traduire ces exigences dans la pratique quotidienne. C’est une partie importante des conseils sur mesure que nous voulons pouvoir fournir. » Biobest Nederland a donc invité Niko Moerman, chef de projet chez SMK, l’organisation derrière le label Milieukeur, pour expliquer en détails à l’équipe de Biobest ce que représentait le label Milieukeur et les exigences qui y sont liées. Celles-ci ne concernent pas seulement la protection des cultures, mais aussi la nutrition végétale, l’utilisation de l’eau et les conditions de travail.
La discussion s’est quelque peu concentrée sur la protection des cultures de légumes sous serre : « Le principe primordial de Milieukeur est une approche intégrée de la lutte contre les ravageurs et les maladies. Les solutions physiques ou biologiques sont toujours envisagées en premier lieu. La lutte chimique n’est autorisée que lorsqu’il n’y a pas de solutions alternatives. Ce n’est pas un programme de lutte intégrée « léger » que nous visons. Nous établissons des normes spécifiques concernant les quantités maximales de substances actives pouvant être utilisées par hectare et par an. Une autre exigence pour les producteurs de légumes sous serre est que trois ravageurs importants souvent présents dans les serres doivent être contrôlés avec des produits biologiques uniquement. L’utilisation de certaines substances actives est complètement interdite, telles que le glyphosate, le glufosinate-ammonium, l’imidaclopride (exception faite pour ce dernier de l’aubergine où un produit plus respectueux de l’environnement n’est pas encore disponible). D’autres substances actives sont définies comme « à risques » avec une limite stricte du nombre d’applications autorisées par cycle de culture. L’utilisation de ces produits conduit à des points de pénalité que le producteur doit compenser avec des points bonus dans d’autres domaines. Des points bonus peuvent être obtenus avec des mesures telles que les filets à insectes ou en utilisant la lutte biologique pour de plus nombreux organismes nuisibles. Le Milieukeur stipule qu’un producteur a besoin d’au moins 10 points bonus dans le domaine de la protection des cultures. »
Selon Herman Van Mellaert, directeur du développement dommercial chez Biobest, « ce qui se passe actuellement aux Pays-Bas illustre une tendance importante. Il met en évidence un domaine dans lequel nous développons rapidement notre expertise. Nous visons à participer activement au dialogue avec les détaillants et les organisations de certification comme SMK pour les aider à définir des normes difficiles mais réalisables pour une production durable. C’est ce que le consommateur attend. Ensuite, nous sommes prêts à aider nos clients à obtenir de bonnes récoltes conformes à ces exigences. De cette façon, nous nous engageons à apporter une contribution importante à une agriculture en pleine conscience. »

Tags: , , , , , ,

0 Commentaire

Vous pouvez être le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire


Commandez nos guides merchandising pour seulement 15 €/u (frais de port inclus)