Imprimer cet article

AG INVENIO 2017 : Invenio, perpétuellement « écartelé »

à la une, Recherche & développement — Par le 16 juin 2017 9 h 23 min
Pierre Gaillard et Vincent Schieber, respectivement directeur et président d’Invenio.

Pierre Gaillard et Vincent Schieber, respectivement directeur et président d’Invenio.

C’est près de son site d’expérimentation de Prayssas dans le Lot-et-Garonne, spécialisé dans la prune d’Ente et la pomme, notamment en agriculture biologique, qu’Invenio a tenu son assemblée générale le 13 juin dernier : si l’année 2016 a été belle, l’avenir semble incertain.

C’est un président résolument positif qui a ouvert son rapport moral : dans un contexte difficile, Invenio réussit la performance de conduire un riche programme d’expérimentation à la notoriété grandissante, notamment auprès des producteurs. « Certains nous sollicitent même pour du conseil en culture, signe fort de la confiance qu’ils nous accordent » explique Vincent Schieber. Pour Invenio, l’année 2016 a notamment été marquée par le renouvellement de son agrément Bonnes Pratiques d’Expérimentation (BPE) jusqu’en 2020 et la maîtrise de nouvelles techniques via de nouveaux investissements comme le laboratoire in-vitro à Douville et l’atelier machinisme de prototypage à Ste Livrade. Après trois éditions à Douville, le transfert à Ste Livrade de Périfel, rendez-vous des producteurs et des entreprises de l’agrofourniture, a été un succès, tout comme la Journée Bilan & Perspectives organisée à Bordeaux dans le cadre de Vinitech-Sifel. 2016 a également vu la diffusion de bulletins techniques aux adhérents, récapitulant les derniers essais et informations des six pôles filières (fraise, carotte-asperge, poivron-aubergine-courgette-salade-melon, châtaigne, framboise, pomme) et des trois pôles transversaux (agriculture biologique, santé des plantes, machinisme). Mais c’est aussi un président fatigué de sans cesse pointer du doigt les menaces grandissantes qui pèsent sur les structures de recherche et d’expérimentation qui a poursuivi son rapport. À commencer par les incertitudes qui pèsent sur leur financement. « Les pouvoirs publics se retirent lentement du financement de la R&D ». En 2010, les financements publics représentaient 57 % du budget d’Invenio ; en 2016, ils n’étaient plus que de 45 %. « Pour l’année à venir, nous devons faire face à un risque de baisse de financement de 350 à 450 000 euros : sur un budget de 3 millions d’euros, cela nous fait prendre tous les risques ». La structure est aussi en train de perdre l’accompagnement des Conseils départementaux, qui datait pour certains de plus d’une trentaine d’années. Le conseil départemental du Lot-et-Garonne a ainsi stoppé brutalement sa subvention de 70 000 euros. De son côté, la région Nouvelle-Aquitaine lance des appels à projets pluri-annuels, tout en ne pouvant s’engager qu’annuellement sur un appui financier. Et FranceAgriMer réduit sans cesse son soutien, complexifie ses procédures administratives et revient sur des subventions accordées pour des projets déjà réalisés. Invenio a ainsi vu partir en fumée 23 000 euros sur lesquels il comptait. Quant au Ctifl, il retire peu à peu ses ingénieurs des stations. « De 2,5 ETP mis à disposition il y a huit ans à la création d’Invenio, nous n’en avons plus aucun aujourd’hui » déplore Vincent Schieber. « Invenio est perpétuellement écartelé. Nous ferons tout pour nous adapter aux réalités actuelles, mais cela ne se fera pas sans conséquences ». D’autant qu’Invenio doit faire face à d’autres défis qui, bien qu’intéressants, complexifient sa gestion, parmi lesquels l’évolution du profil de son public, plus seulement composé de producteurs à l’esprit collectif souhaitant expérimenter en station puis transférer les résultats chez eux, mais également de producteurs à l’esprit collaboratif à la recherche d’innovations de rupture et d’entreprises de l’amont (agrofourniture) et de l’aval (agroalimentaire), pour lesquelles les résultats des recherches menées sont autant d’arguments de vente.

Tags: , ,

0 Commentaire

Vous pouvez être le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire


Commandez nos guides merchandising pour seulement 15 €/u (frais de port inclus)