Imprimer cet article

Le Melon de Cavaillon en route vers l’IGP !

à la une, Organisation — Par le 4 avril 2017 9 h 48 min

Fin mars, le syndicat des maîtres melonniers de Cavaillon a élu son président et s’est constitué en ODG de la future IGP, positionnée sur le Premium et sur le Bio.

En tête de pont, Jérôme Jausseran (Force Sud), Bernard Chiron (Chiron), Philippe Pons (AZ Med), Patrick Cluchier (Tonfoni, qui fêtera ses 60 ans en 2018), Eric Nouveau (Jardin des Papes), mais aussi des représentants de Pronatura, du Domaine de la Cozette, de Gérin et de nombreux producteurs de Pernes-les-Fontaines, Monteux, Cereste…

Jérôme Jausseran directeur de l’OP goût du Sud a été élu président du syndicat qui rassemble une cinquantaine d’entreprises, de la production au commerce en passant bien sur par les expéditeurs, très présents sur la place Cavaillonnaise.
La marque Melon de Cavaillon existe depuis de nombreuses années, mise en place par le Min de Cavaillon et encore exploitée par quelques expéditeurs. Le maire de Cavaillon Jean-Claude Bouchet a toujours manifesté une forte volonté de valoriser l’appellation Melon de Cavaillon, il avait d’ailleurs conduit avec le Min et la région Paca une délégation en 2016 pour mettre en avant le melon de Cavaillon sur le Min de Rungis mais aussi auprès de l’INAO (cf végétable n°335 page 23). Fort de ces volontés, c’est le cabinet Triesse qui a été sollicité pour relancer la démarche et fédérer un maximum de structures. Après plusieurs mois de rencontres et d’échanges, c’est un syndicat qui a été constitué. Il a élu son président et fixé ses objectifs pour la première campagne : relancer la démarche, se différencier avec un positionnement premium et bio et être présent dans le rayon. « 2017 sera une année de test pour la diffusion de la marque explique Jérôme Jausseran, nous visons les 3 000 tonnes dans un premier temps. »
650 ha sont recensés sur l’aire de la future IGP qui couvre le Vaucluse, une grande partie des Bouches du Rhône, du Gard et des Alpes de Haute-Provence ainsi qu’une petite partie de la Drôme et de l’Ardèche. En conformité avec les demandes de l’IGP, les zones de production et d’expédition sont similaires.
Les atouts mis en avant sont la signature d’une marque axée sur une origine garantie, une qualité garantie par un positionnement premium et bio, un savoir-faire, le tout soutenu par une notoriété excellente, le travail d’hommes et de femmes passionnés et bien sur les faveurs d’un climat bénéfique alliant eau, soleil et mistral.
Parmi les atouts, signalons aussi une organisation commerciale forte, deux segments premium et une production présente durant les 5 mois de la campagne melon française de fin avril à fin septembre.
« L’IGP est un moteur de l’avenir de nombreuses structures, elle permettra de redonner sa place de leader à la Provence sur le melon, tant en production qu’en expédition » a complété J. Jausseran.
Un grand pas donc été franchi dans cette région jusqu’à présent peu portée sur les démarches collectives. Espérons que la campagne 2017 sera favorable à cette démarche lancée sur une belle dynamique. Rendez-vous au Medfel le 27 avril à 12h30 pour en savoir plus !

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

0 Commentaire

Vous pouvez être le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire


Commandez nos guides merchandising pour seulement 15 €/u (frais de port inclus)