Imprimer cet article

Ag Apefel : le point sur les contraintes de la filière F&L

à la une, International — Par le 3 août 2016 8 h 00 min

Photo d’archives. © Photo Xdr

À l’occasion de sa dernière AG, l’Association Marocaine des Producteurs et Producteurs Exportateurs de Fruits et Légumes (APEFEL) a fait le point sur les contraintes rencontrées par la filière f&l marocaine.

La présence des partenaires et acteurs de l’APEFEL (représentants des administrations, institutions d’enseignements agricoles et de recherche, directeurs des groupes exportateurs et stations de conditionnement, directeurs de sociétés…), a fait de cet événement une occasion unique pour échanger autour des contraintes du secteur de fruits et légumes.
Le Président M. Lahoucine ADARDOUR, a ouvert l’assemblée générale, et affirmé que le secteur de fruits et légumes, malgré les efforts énormes des professionnels, se heurte encore à plusieurs contraintes qui freinent son développement alors qu’il s’agit d’un secteur vital pour le développement socio-économique de la Région de Souss Massa et du Maroc. S’exprimant autour de ces contraintes : techniques, hydriques, commerciales et essentiellement fiscales et sociales, le Président a mis l’accent sur l’ensemble des actions entreprises par la profession auprès des ministères, directions et responsables pour aboutir à des solutions concrètes, pratiques et en phase avec les spécificités du secteur agricole, mais en vain dans la plupart des cas !
Le Consultant, Driss Soufiani est ensuite rentré dans le détail de l’ensemble des contraintes du secteur. Les contraintes techniques avec la cherté des intrants et le manque de normalisation, mais aussi le manque de solutions homologuées. Le manque aussi d’incitations financières pour développer les serres et le hors-sol. Les contraintes hydriques sont liées au déficit mais aussi au coût (intrusion marine et projet de dessalement). Au niveau commercial il a relevé des problèmes au niveau de l’engorgement du port d’Agadir, l’insuffisance des moyens matériels (scanners) et humains surtout les scanners, la faible implication des professionnels pour avoir le statut d’Opérateur Economique Agréé (OEA) et le manque d’un lieu rassemblant toutes les administrations intervenantes pour accélérer notamment les diverses procédures administratives. La faible connexion terrestre et maritime entre le Maroc et les pays de l’Afrique sub-saharienne a également été abordée.
Les contraintes fiscales et sociales ont été largement détaillées, ces dernières ayant été particulièrement problématiques ces dernières années avec de nombreux blocages de stations par des grèves et sittings. Pourtant les avancées sociales ont été significatives depuis 12 ans.
Un débat fructueux a abouti à ressortir un ensemble de recommandations fondées sur la convergence de l’ensemble des producteurs de fruits et légumes présents et ayant vécu concrètement ces entraves. Parmi les quelles : interdire les exportations espagnoles vers le Maroc ; revendication des droits du rendement et productivité satisfaisante de la main d’œuvre, œuvrer pour des assurances adaptées au secteur f&l et qui couvrent pratiquement et concrètement les risques éventuelles ; perfectionnement des moyens de communication ; Communication efficace et opérationnelle avec le grand public ; coordination avec les autres secteurs qui affrontent le problème de saisonnalité (BTP et tourisme) ; opter pour une approche orientée vers le dialogue direct avec les syndicats pour une paix sociale fondée sur l’équité et l’équilibre droit/obligation.

Tags: , , , ,

0 Commentaire

Vous pouvez être le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire


Commandez nos guides merchandising pour seulement 15 €/u (frais de port inclus)