Imprimer cet article

Consommation : les produits frais traditionnels à la peine en 2015

à la une, Consommation — Par le 24 mars 2016 8 h 36 min


Alors que la consommation de fruits et légumes affiche une modique progression de 0,2 %, les filières volailles, charcuterie/traiteur, fromage et poissonnerie, connaissent toutes des évolutions négatives. D’après le bilan de consommation 2015 publié en mars par Interfel.

Alors que les achats de produits de grande consommation (PGC) progressent de 0,9 % en volume et de 1,2 % en valeur, les produits frais traditionnels reculent de 0,1 % en volume et progressent de 0,7 % en valeur. Le rayon poissonnerie est le plus affecté par cette conjoncture négative avec un recul de 2,7 % en volume et de 2,8 % en valeur. Les fruits et légumes peuvent donc se satisfaire d’une progression de 0,2 % en volume (0,4 % si l’on inclut les pommes de terre) et d’un joli + 5,9 % en valeur, qui témoigne de la revalorisation globale des produits après une année 2014 déflationniste. Mais si l’on retranche agrumes et exotiques, le bilan est nettement moins flatteur, avec un recul en volume de 0,3 % et un gain de valeur de 5,2 %. Ces chiffres témoignent aussi d’un léger recul des quantités achetées par ménage et d’une dépense en hausse, résultant du relèvement du prix moyen. Le prix moyen d’achat du kilo de F&L par les ménages se situe à 2,22 € en 2015, contre 2,10 en 2014. Chaque ménage effectue en moyenne 63,6 actes d’achat par an pour un montant moyen de 2,61 €. C’est notamment les conditions estivales qui ont été particulièrement favorables à la consommation de melon, tomate, concombre en 2015. Le 4ème trimestre a été actif en valeur, porté par la banane, les agrumes et le kiwi, alors que les légumes d’hiver souffraient d’une météo trop clémente. Globalement, les achats de légumes d’hiver, carotte, mâche, poireau, reculent en 2015. La valorisation des pommes et poires s’avère plutôt décevante. La tomate (19 %) demeure le premier légume consommé devant la carotte (12 %), la salade (7 %), l’endive (7 %), la courgette (7 %). Les agrumes (28 %) sont la première famille de fruits, devant les exotiques (21 %), les pommes (17 %), les pêches-nectarines (8 %), le melon (7 %), la poire (5 %). Les fruits et légumes bio représentent désormais 6 % des volumes et 8 % de la valeur des achats de fruits et légumes sur fond de hausse de la taille de la clientèle. La banane représente 48 % des fruits bio achetés, devant la pomme (29 %), le kiwi (7 %), la poire (6 %), le melon (5 %). La carotte est le premier légume bio (25 %), devant la tomate (21 %), la courgette (13 %), la salade (11 %), l’oignon (10 %) et le concombre (9 %). Côté circuits de distribution, si les hypers (33 %) et supermarchés (18 %) font toujours la course en tête, les circuits de proximité, le discount et les grandes surfaces frais sont les gagnants du millésime 2015. Les marchés sont affectés par un recul résultant d’une baisse de leur taux de pénétration et de leur panier moyen. À rebours, les primeurs traditionnels progressent sous l’effet de la hausse du prix moyen et de la fréquence d’achat.

 

Tags: , ,

Aucun Commentaire

    Laisser un commentaire


    Commandez nos guides merchandising pour seulement 15 €/u (frais de port inclus)