Imprimer cet article

Cerise, l’heure des choix

à la une, Production — Par le 18 janvier 2016 11 h 38 min


Le maintient de la production de cerise en France, et notamment dans le Vaucluse, premier département producteur où elle tient une place de choix dans les contreforts du Ventoux, sera au cœur de la rencontre prévue le 21 janvier prochain.

Les producteurs de cerise du Vaucluse ne cachent plus leur inquiétude quand à la pérennité de leur activité. Alors que l’an passé, la météo particulièrement sèche et chaude et l’autorisation d’utiliser le diméthoate à demi dose 14 jours avant récolte leur a permis de passer uns saison plus sereine qu’en 2014 durant laquelle les pertes avaient été colossales, le chemin s’annonce de nouveau plus que périlleux en 2016. En effet, l’Anses a émis la possibilité de retirer la molécule de la liste des produits autorisés, conduisant à l’arrêt de la distribution du produit en France. Alors que l’ensemble des parties prenantes (chambre d’agriculture, station d’expérimentation, agriculteur) s’est engagé dans une démarche collective pour trouver des alternatives le plus rapidement possible, le retrait brutal du diméthoate pourrait être fatal si les conditions sont favorables au développement de la mouche (chaleur et humidité), la Drosophila Suzukii pouvant en effet se multiplier à hauteur de 18 générations par an !
Une réunion est prévue ce 21 janvier entre les représentants de la production, la GDAL et l’ANSES pour trouver une solution.
En effet, retirer cette solution d’urgence en France alors qu’elle est autorisée en Europe et dans des conditions de dosage bien supérieures en Turquie par exemple reviendrait à se priver de cerise française au profit d’une cerise d’import. Le diméthoate n’est qu’un exemple centré sur une culture mais de nombreuses autres productions sont dans des situations très sensibles.

Tags: , , ,

Aucun Commentaire

    Laisser un commentaire


    Commandez nos guides merchandising pour seulement 15 €/u (frais de port inclus)