Imprimer cet article

Gestion de crise : les pratiques commerciales sur le grill

à la une, International, Marchés — Par le 29 juillet 2014 12 h 11 min


Alors que le syndicalisme obtient du gouvernement un contrôle accru des pratiques commerciales, la GEFEL s’insurge contre les annonces de prix hors lieux de vente non contractualisées.

A l’issue de la rencontre avec le Ministre de l’agriculture le 28 juillet, le président de la FNP Fruits, Luc Barbier se félicite de l’anticipation du gouvernement qui a mis en place une campagne de contrôle afin de vérifier le respect des règles de commercialisation des fruits et légumes et en particulier la présence de bons de commande avec prix de vente : au cours des semaines 29 et 30, 150 camions ont été contrôlés et 10 infractions relevées, qui donneront lieu à sanctions. Stéphane Le Foll a annoncé le renforcement des contrôles dans les transports et sur les marchés où Luc Barbier souhaitait également un regard plus approfondi de l’Etat sur la conformité des pratiques. Le syndicalisme dénonce par ailleurs les pratiques de dumping des exportateurs espagnols qui cèderaient leurs produits sur le marché français à des prix très inférieurs à ceux pratiqués sur leur marché intérieur, la différence pouvant atteindre 0,50 € par kilo. Luc Barbier reconnaît les efforts des enseignes françaises qui privilégient les pêches françaises malgré des différences tarifaires de l’ordre de 0,60 € entre pêche française et espagnole. Mais si les Espagnols vendaient en France au même tarif que dans leur pays, c’est tout le marché qui serait revalorisé, au profit de tous. Vendre des pêches de qualité à 1,80 € n’a rien de rédhibitoire et les vendre moins cher dévalorise le produit sans booster la consommation… Dans un contexte de crise, il est rassurant de savoir que le dialogue est maintenu entre le syndicalisme de la production et FCD (Fédération du Commerce de Distribution) et ses membres. « C’est beaucoup plus difficile avec les indépendants dont les pratiques commerciales sont inacceptables, par delà une communication de façade très démagogique ».
Dans le même temps, la Gefel, association de gouvernance économique des fruits et légumes, dénonce les promotions hors lieu de vente qui n’ont pas fait l’objet d’un contrat d’approvisionnement préalable en volume et en prix auprès d’un fournisseur. « La vente de fruits et légumes à prix ferme ne doit être juridiquement possible qu’à la condition expresse de pouvoir se réaliser sans vendre à perte, garantie que seul un contrat ferme avec un fournisseur peut apporter”. La Gefel demande donc que les annonces de prix hors lieu de vente soient activement contrôlées par les pouvoirs publics et soumises à l’existence préalable d’un accord écrit entre le fournisseur et son client portant sur le prix de cession et sur le volume de produit vendu : cet engagement ferme et vérifiable garantit la faisabilité de la promotion pour le distributeur tout en interdisant les pressions exercées a posteriori à l’encontre des fournisseurs. Dans un contexte de guerre des prix exacerbée, le respect de la loi est une lutte de tous les instants !

Tags: , , , ,

Aucun Commentaire

    Laisser un commentaire


    Commandez nos guides merchandising pour seulement 15 €/u (frais de port inclus)