Imprimer cet article

Limousin : le verger saccagé est replanté !

à la une, Production — Par le 14 juillet 2014 8 h 58 min


Soutenu par tout son environnement professionnel, Alain Chignac, pomiculteur du Limousin, a replanté le jeune verger coupé par des inconnus se revendiquant d’une mouvance écologiste violente.

Arboriculteur sur 17 ha, également éleveur (28 mères de race Limousine), au cœur du Limousin, Alain Chignac n’est pas homme à baisser les bras. Profondément affecté par la destruction dans la nuit du 26 au 27 mai d’une plantation de pommiers Evelina mise en place à peine un mois plus tôt, il nous montre le 8 juillet en souriant le même verger replanté au mois de juin et des arbres affichant un très bon démarrage. Pourtant, la violente attaque dont il a été victime à travers la destruction de ce verger est vécue comme le paroxysme des pressions exercées par un mouvement écologiste local radicalisé à l’encontre de l’arboriculture limousine qui exerce dans un milieu naturel préservé et représente une activité majeure pour l’économie de la région. Mais, ici, tout le monde a eu à cœur de ne pas se laisser piéger par la spirale de la violence.

M. Chauffaille (Perlim) en compagnie de M. Chignac © Photo Xdr

L’enquête immédiatement diligentée n’a encore rien laissé filtrer et nul ne sait même si les auteurs du méfait sont effectivement des écologistes, malgré les revendications maladroites laissées sur place. La prudence est donc de mise. Mais ce qu’il importe ici de souligner, c’est d’abord la détermination d’un homme et de sa famille, sachant que son fils de 17 ans compte s’installer comme arboriculteur, c’est aussi le soutien de toute une profession qui a fait corps autour de la victime, qu’il s’agisse de son organisation de producteurs, le GIE Perlim, et au-delà de tous les producteurs de pomme de France, via l’Association Nationale Pomme Poires (ANPP), qui a organisé une grande collecte pour financer le rétablissement du verger. Voisins et amis sont venus lui prêter main forte pour réaliser la plantation au mois de juin, période peu propice à cette opération.
Il faut aussi souligner le soutien du pépiniériste belge Carolus qui a mis à disposition des plants de la variété Evelina (résistante à la tavelure) à prix coûtant. Sur le terrain, Alain Chignac nous a fait part de son incompréhension alors que, comme tous ses confrères, il poursuit depuis des années des efforts considérables pour réduire l’impact de l’arboriculture sur l’environnement et que des progrès considérables ont été enregistrés pour répondre aux inquiétudes de la société sur l’utilisation des pesticides.

Tags: , , , , , , ,

Aucun Commentaire

    Laisser un commentaire


    Commandez nos guides merchandising pour seulement 15 €/u (frais de port inclus)