Imprimer cet article

Bee Friendly : un nouveau logo pour les consommateurs

à la une, Communication, Consommation, Production — Par le 4 mars 2014 6 h 00 min

Olivier Belval Stéphane le Foll et Bertrand Auzeral © Photo Julie Martin

En plaçant l’abeille au cœur de ce logo, agriculteurs et apiculteurs misent sur le capital sympathie de cet insecte auprès des consommateurs pour favoriser un achat responsable et valorisant les produits issus de filières respectueuses des pollinisateurs.

C’est au SIA en présence de Stéphane Le Foll que le label Bee Friendly a été dévoilé au grand public. Olivier Belval, apiculteur dans les Cévennes préside cette association regroupant trois organisations apicoles européennes : l’UNAF, l’UNAAPI et l’EPBA. « Depuis 1995, nous devons renouveler 30 % du cheptel chaque année » déplore t-il. S’il se félicite de l’interdiction partielle de produits nuisibles aux abeilles comme les nicotinoïdes, il pense qu’il faut aller plus loin et associer les consommateurs aux efforts réalisés par les agriculteurs. Ce label vise à concerner un maximum d’agriculteurs tout en étant suffisamment exigeant. Ainsi, un cahier des charges rigoureux a été mis en place avec 27 points mesurable autour de la traçabilité, de la rotation des cultures, de l’encadrement des produits utilisés (molécules interdites, mesure de protection des pollinisateurs), interdiction des OGM, mise en place de zones de préservation de la biodiversité… Le cahier de charges établit une liste de pratiques éliminatoires et propose 3 niveaux de qualification, pour une démarche de progrès.

Les insectes pollinisateurs sont à l’origine de 35% de nos ressources alimentaires avec un CA induit de 153 milliards d’euros.


En effet, certaines actions semblent faciles à mettre en place : faucher tôt le matin ou tard le soir pour éviter la période d’activité des abeilles, implanter des haies, traiter la nuit quand c’est nécessaire. « Les meilleurs ambassadeurs des apiculteurs sont les agriculteurs » a témoigné Bertrand Auzeral, apiculteur dans le Lot et Garonne. Il prône la mise en place des démarches collaboratives, comme cela est fait dans son département du Lot et Garonne avec la charte de coexistence entre apiculteurs, agriculteurs bio et multiplicateurs de semences. « J’observe une évolution vers une agriculture plus respectueuse des pollinisateurs et entrer dans une telle démarche est de l’intérêt de tous : apiculteurs, producteurs et consommateurs » conclut-il confiant. C’est également le souhait de Stéphane Le Foll qui a rappelle avoir investi 40 millions d’euros pour défendre la cause des abeilles. Il a souligné la nécessité de s’inscrire dans un processus global qui favorise le dialogue et la concertation entre tous les acteurs. « Ce label est un élément d’un processus plus large qui comprend l’environnement, l’économie et qui est au cœur de l’évolution de l’agriculture.
Développé dans deux filières (les produits laitiers avec Les deux vaches et Sternen fair et les f&l avec le réseau Demain la terre), des produits labellisés Bee Friendly sont attendus dans les rayons d’ici la fin de l’année.

Tags: , , , , , , , , , ,

Aucun Commentaire

    Laisser un commentaire


    Commandez nos guides merchandising pour seulement 15 €/u (frais de port inclus)