Imprimer cet article

68ème Congrès de la FNPF : mobilisation syndicale, mobilisation des entreprises

à la une, Organisation, Production — Par le 12 février 2014 8 h 24 min

Photo d’illustration © Xdr

Les producteurs de fruits se sont rassemblés les 30 et 31 janvier à Lyon autour du président Luc Barbier pour un rendez-vous annuel tonique.

Après un premier congrès (2013) marqué par un échange tendu avec le Ministre de l’Agriculture, Luc Barbier a peaufiné à Lyon son style de président des producteurs de fruits, en poussant ses troupes à une réflexion ouverte sur les enjeux de la production fruitière française, quitte à aller chercher des éléments de réflexion ou de stimulation dans d’autres filières, comme ce fut le cas avec le remarquable témoignage de François Curé, directeur général de Bleu Forêt. Celui-ci a expliqué comment son entreprise avait relancé son activité de production de chaussettes haut de gamme dans les Vosges, en s’interdisant toute délocalisation et avec une performance économique plus qu’honorable. François Curé a pu aussi témoigner qu’il avait à assumer les mêmes contraintes administratives, sociales… que les producteurs de fruit. Même si on peut faire avec tous les boulets infligés aux entreprises françaises, ce n’est pas une raison pour ne pas s’insurger contre leur inflation (malgré la simplification administrative toujours annoncée, jamais réalisée !), et Luc Barbier ne s’en prive pas ! Dernière du genre, l’interdiction de faire monter le personnel sur des échelles a eu le don de faire l’unanimité contre elle dans la salle… cette mauvaise histoire, comme nombre d’autres, démontre combien la filière fruits et légumes frais a trop longtemps souffert  d’un déficit de lobbying institutionnel, moyennant quoi elle se voit encore régulièrement infliger des mesures législatives totalement inadaptées et contre productives. Ce qui a valu à Luc Barbier de pousser, de manière assez théâtrale, un « coup de gueule », lors de son allocution finale (en l’absence du Ministre !), contre toutes les entraves qui empêchent les entrepreneurs d’avancer dans notre bon pays de France et de crier : « çà suffit !  ».
Car nombre des problématiques assumées par les arboriculteurs sont aussi celles de l’agroalimentaire, du bâtiment ou de l’industrie lourde. Durant ce congrès, on aura aussi beaucoup parlé d’innovation, de formation, d’installation, de financement… Parmi les témoignages particulièrement positifs de ces deux jours, une mention spéciale doit être accordée à l’intervention très engagée de Gilbert Chavas, président du Comité stratégique Fruits Rhône-Alpes, qui a démontré ce qu’une région pouvait mettre en route quand les énergies se mobilisaient effectivement dans le même sens, production, commerce, politique régional. D’ailleurs, Michel Grégoire, vice-président de la Région Rhône-Alpes, a pu longuement exprimer la vision régionale et son engagement aux côtés de la production fruitière. Nous aurons certainement l’occasion d’y revenir. Gros point positif également pour l’issue du dossier rénovation verger sur lequel la FNPF a beaucoup ferraillé depuis un an. Tout n’était pas acquis lors du congrès, mais la possibilité d’abonder l’aide à la rénovation par des fonds européens du Feader ainsi que des fonds régionaux permettrait d’activer enfin la relance d’un verger fruitier qui en a terriblement besoin si l’on ne veut pas que l’activité soit marginalisée demain ! On aura noté également l’hommage rendu à Interfel et notamment au représentant des grossistes, Christian Berthe, également président du marché de gros de Lyon Corbas, qui parvient désormais à dénouer positivement par le dialogue des dossiers interprofessionnels délicats. En conclusion, Luc Barbier a invité ses ouailles à foncer sur l’innovation, à s’adapter à un environnement économique en mutation rapide, à rebâtir la confiance avec la distribution, bref à être créatifs !

banniere_newsletter

Tags: , , , , , , , ,

Aucun Commentaire

    Laisser un commentaire


    Commandez nos guides merchandising pour seulement 15 €/u (frais de port inclus)