Imprimer cet article

Corinne Lepage rapporteur sur les agrocarburants au Parlement européen

International, Politique — Par le 17 décembre 2012 8 h 45 min

Corinne Lepage © Photo Xdr

Le Parlement européen a nommé Corinne Lepage (ALDE, CAP21) rapporteur sur le dossier controversé des agrocarburants. La Commission européenne propose en effet de restreindre la conversion de terres en cultures destinées à la production d’agrocarburants et de prendre en compte les émissions de gaz à effet de serre liées au changement d’affectation des sols indirect, qui alourdit le bilan carbone de certains agrocarburants de première génération.

“J’ai l’intention de rencontrer toutes les parties prenantes afin de déterminer le meilleur moyen d’encourager de manière réaliste la production d’agrocarburants réellement durables, en particulier les agrocarburants de deuxième génération”, a déclaré Corinne Lepage.
D’après la Commission européenne, tous les agrocarburants ne se valent pas pour les émissions de gaz à effet de serre, et la contribution de certaines filières à la déforestation à cause du déplacement de la production agricole pour l’alimentation pourrait leur donner un bilan carbone pire que celui des énergies fossiles. Par ailleurs les agrocarburants issus de cultures alimentaires sont accusés par certaines institutions, comme la FAO, de contribuer  au renchérissement des denrées alimentaires, et donc à la malnutrition.
La proposition de la Commission consiste à modifier deux directives importantes : la Directive sur les énergies renouvelables, qui fixe un objectif de 10% d’énergie renouvelable dans le secteur des transports d’ici 2020, ainsi que la directive sur la qualité des carburants, qui oblige les fournisseurs de carburant à baisser les émissions de 6% tout le long de leur filière de production d’ici 2020.
La Commission propose de fixer un plafond de 5% pour les agro carburants issus de cultures alimentaires, par rapport à l’objectif de 10%. Elle propose également une obligation de notification des émissions de gaz à effet de serre liées au changement indirect dans l’affectation des sols. La Commission estime en effet que le risque existe que pour satisfaire une partie de la demande supplémentaire d’agrocarburants, les terres dédiées à l’agriculture augmentent à l’échelle mondiale, ce qui conduirait indirectement à une hausse des émissions due à la conversion des sols.

Tags: , , , , , , ,

0 Commentaire

Vous pouvez être le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire


Commandez nos guides merchandising pour seulement 15 €/u (frais de port inclus)